• ciel et terre

    1. Aquoi correspond la nuit sur la terre ?
    2. Pourquoi la durée de la nuit varie t’elle au cours de l’année ?
    3. Quelle est la durée de révolution de la terre autour du soleil ?
    4. Quelle est la durée de la rotation de la terre sur elle-même ?
    5. Dans quel sens tourne t’elle ?
    6. Qu’est-ce que la lunaison ?
    7. Que se passe t’il au solstice d’hiver ?
    8. Qu’est ce que le méridien d’un lieu ?
    9. Comment peut-on définir la verticale d’un lieu ?
    10. Quelle est la différence entre une étoile et une planète ?
    11. Qu’ appelle t’on étoile du berger ?
    12. Peut-on voir le même ciel en été et en hiver ?
    13. Notre système solaire comporte combien de planètes ? Les citer.
    14. Expliquer succinctement le phénomène de mirage.
    15. En utilisant les mots soulignés de la phrase suivante, prononcée par un habitant de l’hémisphère nord (au nord du tropique du Cancer), écrire la phrase correspondante que pourrait prononcer un habitant de l’hémisphère sud (au sud du tropique du Capricorne) regardant, immobile, à l’horizon nord.
    « Le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest, comme tous les astres ; en regardant, immobile à l’horizon sud, je vois le soleil, durant la journée passer de ma gauche à ma droite »
    16.Donner la valeur de la période sidérale de la Lune
    17.Donner la raison pour laquelle on voit de la Terre toujours la même face de la Lune.
    Est-ce vrai en tous points de la terre ?

    • matière

    1. Citer deux propriétés caractéristiques d’un changement d’état d’un corps pur.
    2. Comment se nomme le changement d’état physique faisant passer un corps pur de l’état solide à l’état liquide ?
    3. Comment se nomme le changement d’état physique faisant passer un corps pur de l’état liquide à l’état solide ?
    4. Quelle est la grandeur macroscopique qui traduit l’état d’agitation thermique d’un système physique ?
    5. Expliquer ce que représente l’équilibre thermique nécessaire à la mesure d’une température ?
    6. Quelles précautions particulières doit-on prendre (outre d’attendre l’équilibre thermique) pour faire un relevé de température ?
    7. A quel phénomène microscopique est du la pression exercée par un gaz sur une paroi ?
    8. Dans un volume donné d’un récipient rigide, comment peut-on augmenter la pression d’un gaz sur la paroi ?
    9. Donner deux caractéristiques d’un corps à l’état solide.
    10. Comment varie la pression atmosphérique lorsqu’on se rapproche d’un lieu où se situe un anticyclone ?
    11. Comment varie la pression atmosphérique si on s’élève en altitude ?
    12. Quel phénomène se produit entre un lieu où est situé un anticyclone et un lieu où est située une dépression ?
    13. Citer les différents états physiques successifs de l’eau dans le « cycle de l’eau » observé sur Terre. Présenter et nommer les différentes étapes.
    14. Donner trois facteurs qui favorisent l’évaporation de l’eau.
    15. Quelle propriété de l’air lui permet d’être présent dans tous les espaces ouverts ?
    16. Quelle méthode doit-on utiliser pour déplacer un gaz d’un récipient dans un autre.
    Si celui-ci est plus dense que l’air ?
    Si celui-ci est moins dense que l’air ?

    • mélange et solution
    1. Compléter les phrases suivantes :
      Deux liquides sont miscibles si leur mélange forme un liquide ……………..
      Deux liquides sont non miscibles si leur mélange forme un liquide …………….

    2. Donner 2 exemples de liquides miscibles avec l’eau.

    3. Donner 2 exemples de liquides non miscibles avec l’eau.

    4. Citer 3 techniques qui permettent de séparer les constituants d’un mélange et les décrire très succinctement.

    5. Le vin est un mélange de liquides et de solides, qui contient en majorité de l’eau.
    Lorsqu’on ajoute doucement du vin à de l’eau, on observe que le vin reste au dessus de l’eau. Pourquoi ?
    Que faut-il faire pour montrer que l’eau et le vin sont bien miscibles ?

    6. Amélie dit que le sucre fond dans la tasse de café de sa maman.
    Cette phrase est-elle correcte ? Justifier votre réponse.

    7. On ajoute de l’huile dans de l’eau. On agite.
    A) Qu’observe t’on alors ?
    B) Comment s’appelle ce qu’on observe ?
    C) Si on laisse reposer le mélange : qu’observe t’on ? Pourquoi ?
    D) Que se passe t’il si on mélange de l’eau dans de l’huile ? Pourquoi ?
    E) Qu’observe t’on si on ajoute quelques gouttes d’encre à ce mélange eau/huile ? Que peut-on en déduire ?

    8. Compléter les phrases suivantes avec les termes qui conviennent :
    Pour son petit déjeuner, Paul verse du chocolat en poudre dans son bol de lait, puis mélange à l’aide d’une cuillère.
    Il réalise ainsi une………………… . Le lait est appelé le ………… , et le chocolat le ……………… .
    Lorsqu’il a bu le liquide, il constate qu’il reste du chocolat au fond du bol. La ………………… n’a donc pas été totale.

    9. Lorsqu’on ajoute 20g de sel dans 100ml d’eau du robinet et qu’on mélange :
    a)Qu’observe t’-on ?
    b) Que s’est-il passé ?


    votre commentaire
  • I/ Les volcans

    Volcanisme = ensemble des processus par lesquels des matériaux rocheux fondus, ou magmas, s'élèvent depuis les profondeurs de la Terre jusqu'à la surface, ou vers la surface, et par lesquels les gaz associés sont libérés dans l'atmosphère. Le volcanisme est une des manifestations en surface du régime thermique qui régit l'intérieur du globe terrestre.

    structure volcan

     

    Le magma et les gaz s'infiltrent par les zones de moindre résistance dans la couche externe de la Terre, la lithosphère, pour atteindre la surface. Ces zones se trouvent principalement le long des frontières entre les plaques tectoniques terrestres et c'est là que se produit la majeure partie du volcanisme. Lorsque le magma et les gaz atteignent la surface, ils forment des structures géologiques appelées volcans.

    En se refroidissant, les coulées de lave se solidifient et deviennent de la roche volcanique. A chaque éruption le cône s'agrandit. Le cône volcanique se construit par accumulation des coulées de lave et de projections.

    - Si le magma contient peu de gaz, l'éruption est calme (effusive), des coulées de lave descendent sur les flancs du volcan.
    - Si le magma contient beaucoup de gaz dissous l'éruption est violente (explosive), les gaz qui se dégagent projettent des fragments de magma. Les éruptions explosives sont très violentes, elles sont caractérisées par des émissions de cendres et parfois des nuées ardentes. Ces éruptions peuvent détruire le sommet du volcan.

    Lorsque le magma est très fluide, les gaz s'échappent facilement et en permanence, il n'y a pratiquement pas d'activité explosive.
    Lorsque le magma est visqueux, les gaz ne peuvent s'échapper que si une très forte pression est atteinte, il y a alors explosion. Plus la viscosité est élevée, plus les explosions sont violentes et espacées.

    Le magma remonte vers le cône de la chambre magmatique où il est stocké, par des fissures.

    Le magma est un mélange visqueux de roches dans un état de fusion et de solidification partielles. Cet état est observé au sein du manteau supérieur de l'asthénosphère pour des températures situées entre 650 et 1 200°. Le magma comporte une phase solide (cristaux, fragments de roche en suspension) et une phase fluide (liquide ou gaz) en proportion variable, selon les conditions de température et de pression du milieu.

    La viscosité du magma dépend de sa composition chimique. Elle augmente avec la teneur en silice. Il existe toute une gamme de magmas qui donnent en se refroidissant des roches volcaniques différentes.

    Il existe actuellement plus de 1 000 volcans en activité, et plus de la moitié se trouve autour de l'océan Pacifique.

    éruption volcanique

     

    Les éruptions volcaniques provoquent beaucoup de dégâts, d'où l'importance de pouvoir les prévoir. L'ascension du magma qui précède une éruption déclenche plusieurs modifications décelables en surface :
    - L'activité sismique est mesurée par des sismographes disposés autour du volcan, ils enregistrent les secousses qui correspondent à la montée du magma.
    - La montée du magma entraîne souvent un gonflement de l'édifice volcanique.
    - Les eaux et les gaz qui s'échappent des fissures ou du cratère.
    - Augmentation de la température décelée par des photographies infrarouges.

    Il existe une chaîne de montagnes volcanique sous les océans, appelée dorsale océanique, l'axe de cette dorsale appelé rift est une fracture sous-marine au niveau de laquelle sort la lave volcanique. Elle s'épanche dans l'eau froide sous pression en prenant un aspect caractéristique en oreillers.

    dorsale océanique

     

    fonds océaniques

     

    II/ Les séismes

    Séisme = secousse ou succession de secousses plus ou moins violentes du sol. Un séisme résulte du relâchement brutal de contraintes dans la croûte terrestre qui provoque un glissement de deux compartiments le long d'une faille et un rebond élastique. Ces secousses peuvent être imperceptibles ou très destructrices.

    Lorsque les secousses se produisent sous la mer ou le long des côtes, elles se propagent dans l'eau et provoquent des raz de marée. Un séisme important peut être précédé de secousses dites prémonitoires, il est toujours suivi de répliques (secousses de moindre amplitude).

    Tous les séismes correspondent à une rupture brutale de l'écorce qui se produit à un endroit situé entre 1 et 700 kilomètres de profondeur : le foyer du séisme. La rupture brutale donne naissance à des vibrations : les ondes sismiques qui se propagent sous forme de sphères concentriques.

    La tectonique des plaques

    Cette théorie est fondée sur l'observation et la fragmentation de la lithosphère (comprenant la croûte terrestre et la partie supérieure du manteau) en une douzaine de plaques semi-rigides. Les limites de ces plaques sont des zones d'activité tectonique où les éruptions volcaniques et les séismes sont fréquents.

    tectonique des plaques explication

    les mouvements entre les plaques

     

     Liens: Télécharger « schéma volcans et séismes.pdf »


    2 commentaires
  • I/ Les mouvements de la Terre

    Les deux mouvements les plus importants sont la rotation et la révolution autour du Soleil

    La Terre tourne sur elle-même d’ouest en est autour de l’axe des pôles en un jour.

    la terre tourne sur elle-même

     

    Conséquence :

    Le mouvement apparent journalier des astres d’est en ouest : le mouvement apparent du Soleil entraîne la succession des jours et des nuits

    Le temps astronomique = le temps solaire vrai, est défini localement par la position du Soleil. Le temps civil d’un lieu est le temps solaire moyen augmenté de 12 heures. Le jour civil commence à minuit.

    L’unification de l’heure sur Terre est faite par le système des fuseaux horaires. On définit comme temps universel le temps civil de Greenwich. 

    La révolution autour du Soleil : la Terre décrit en 1 an une orbite quasi-circulaire autour du Soleil en sens direct. Ce mouvement est causé par l’attraction gravitationnelle qu’exerce le Soleil sur la Terre.

    rotation autour du soleil

     

    Le début de chaque saison est déterminé par un phénomène astronomique. La trajectoire apparente du Soleil dans le ciel se modifie au cours des saisons. Elle est la plus courte au solstice d’hiver et la plus longue au solstice d’été. Ce n’est qu’aux équinoxes de printemps et d’automne que le Soleil se lève exactement à l’est et se couche exactement à l’ouest. Il y a alors égalité entre la durée de la journée et celle de la nuit.

     

    saisons

     

    Jour et nuit 

    L’alternance du jour et de la nuit en un lieu de la Terre correspond au passage de ce lieu successivement dans la zone de l’espace éclairée par le Soleil et dans la zone d’ombre portée par la Terre. 

    Le mouvement du Soleil que l’on observe dans le ciel s’explique par le fait que la Terre tourne sur elle-même autour de l’axe des pôles (rotation).

     

    jour nuit

     

    II/ La lune

    La lune tourne sur elle-même en 27 jours 7 heures et 43 minutes. Elle effectue une révolution autour de la Terre pendant la même durée et de ce fait, présente toujours la même face à la Terre.

    phases lune

     

    La durée séparant 2 phases identiques de la Lune est appelée lunaison et est égale à 29 jours 12 heures et 44 minutes. La lune présente différents aspects appelés phases : nouvelle lune, premier croissant de lune, premier quartier de lune, lune croissante, pleine lune, lune décroissante, dernier quartier de lune, dernier croissant de lune qui se suivent cycliquement.

    La lunaison est le temps qui sépare deux phases consécutives identiques. 

    La lune n’émet pas de lumière par elle-même, elle ne fait que réfléchir et diffuser une fraction de la lumière du Soleil qui l’éclaire. De ce fait elle présente un hémisphère éclairé et un hémisphère obscur. Selon la position de la Lune sur son orbite autour de la Terre, l’aspect observé de la face éclairée change progressivement de façon cyclique. 

    Quand la Lune se trouve entre la Terre et le Soleil, elle présente sa face sombre vers la Terre, elle est alors invisible : c’est la nouvelle lune.

     

    III/ Les éclipses

     Il peut y avoir une éclipse lorsque le Soleil, la Terre et la Lune sont alignés

    Dans la phase de nouvelle lune, si la Lune passe entre le Soleil et la Terre, on peut observer une éclipse de Soleil.

     

    éclipse soleil

    Une éclipse solaire se produit lorsque la Lune s’interpose entre le Soleil et la Terre. Il se produit alors une zone de noirceur sur la Terre qui correspond à l’ombre de la Lune. 

    Dans la phase de pleine Lune, si la Lune pénètre tout ou en partie dans le cône d’ombre de la Terre, elle cesse d’être éclairée directement par le Soleil. On peut observer une éclipse de Lune totale ou partielle. Lorsque la Lune est entièrement dans la zone d’ombre il y a éclipse totale.

     

    éclipse lune

    C’est parce que la Lune a une orbite inclinée de 5°8’ sur le plan de l’écliptique contenant le Soleil et la Terre qu’on n’observe pas une éclipse de Soleil à chaque nouvelle Lune et une éclipse de Lune à chaque pleine Lune.

     

    IV/ Le système solaire

     Le système solaire est constitué en son centre d’une étoile : le Soleil et de 8 planètes (Pluton a récemment perdu son statut de planète).

    système solaire

     

    Certaines de ces planètes sont telluriques : solides ayant un sol et sont proches du soleil : Mercure, Venus, Terre, Mars. Les autres planètes du système solaire sont de plus grande taille, et sont gazeuses et nettement éloignées du Soleil : Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune.

    La plupart des planètes ont des satellites = des corps qui gravitent autour d’elles suivent des orbites à peu près circulaires. La Terre a un seul satellite naturel : la Lune.

    Certaines planètes géantes ont des anneaux faits de roches et de glace, les plus importants, visibles sans difficulté depuis la Terre dans une lunette ou un télescope sont ceux de Saturne.

    Le système solaire est minuscule à l’échelle de la galaxie, et notre galaxie minuscule à l’échelle des distances séparant les milliards de galaxie peuplant l’univers.

     

    Les étoiles 

    Les étoiles sont des boules de gaz à très haute température qui émettent leur propre lumière.

    Le Soleil est une étoile. 

    Les planètes ne sont visibles que parce qu’elles sont éclairées par le Soleil. De la même façon, la Lune n’est visible que parce qu’elle est éclairée par le Soleil.

    La Voie Lactée est une traînée lumineuse qui traverse le ciel, elle est formée d’une multitude d’étoiles situées quasiment dans le plan de notre galaxie, quand on regarde la Voie Lactée, la direction du regard est contenue dans le plan de notre galaxie.

     

    voie lactée

     

    Le Soleil

    Structure : le cœur, réacteur thermonucléaire réalisant la fusion des noyaux d’atomes d’hydrogène en noyaux d’atomes d’hélium. La photosphère : partie ordinairement visible, mince couche de gaz ; la chromosphère et la couronne, qui devient visible quand le disque solaire est occulté par la Lune.

    Rayonnement : Le Soleil rayonne de l’énergie dans le milieu interplanétaire. Ce rayonnement n’est pas seulement de la lumière visible, il couvre l’ensemble du spectre électromagnétique. La lumière du Soleil met 8 minutes à nous parvenir.

     

     Lien: Télécharger « schéma l'astronomie.pdf »


    votre commentaire
  • I/ Leviers

    Télécharger « levier1.pdf » 

    Télécharger « levier inter-appui.pdf » 

    Télécharger « levier inter-résistant.pdf » 

    Télécharger « levier inter-moteur.pdf »

     

    II/ Balances

    Il existe plusieurs types de balances.

    Le modèle le plus simple est la balance de Roberval.

     

    balance de roberval

     

    Elle est constituée d’une barre métallique rigide (le fléau) à chaque extrémité de laquelle est suspendu un plateau. Vides, les plateaux sont en équilibre. On place le corps à peser dans un des plateaux et on cherche à retrouver l’équilibre en plaçant des poids dans l’autre.

    Suivant les cas, les balances utilisent pour leur fonctionnement 2 principes différents :

    -          La déformation d’un ressort (ex : un pèse-personne). Cette déformation dépend de la force à laquelle le ressort est soumis. Par conséquent, ces balances indiquent le poids de l’objet pesé.

    -          L’équilibre d’un fléau mobile autour d’un axe à bras égaux (balance de Roberval, trébuchet) ou à bras inégaux (balance romaine, pèse-bébé)

     

    Liens sujet: Télécharger « sujet d'entraînement »


    votre commentaire
  • Mouvements et forces

     

    I/ Les mouvements

    L’état de repos ou de mouvement d’un objet doit être décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence.

    Un objet en mouvement est dit mobile.

    Le choix du référentiel (objet de référence) est arbitraire. Tout objet peut être choisi comme référentiel.

    Généralement on retient 2 référentiels :

    -            Le référentiel terrestre : choisi pour l’étude des mouvements à la surface de la planète.

    -            Le référentiel géocentrique : centre de la Terre + 3 étoiles choisies pour leurs directions considérées fixes. Choisi pour l’étude des mouvements de la Lune ou de satellites artificiels.

     

        La trajectoire d’un mobile

    La trajectoire d’un point d’un mobile est l’ensemble des positions successives occupées par ce point au cours du mouvement.

    La trajectoire dépend du référentiel.

    Si la trajectoire est une droite, le mouvement est rectiligne.

    Si la trajectoire est un cercle le mouvement est circulaire.

     

    II/ Vitesse

    Vitesse moyenne : distance / Temps

    La vitesse d’un mobile est caractérisée par une valeur, une direction et un sens.

    Si la vitesse augmente le mouvement est accéléré.

    Si la vitesse est constante le mouvement est uniforme.

    Si la vitesse diminue le mouvement est ralenti.

     

     

    III/ Mouvements

    Le mouvement d’un objet est influencé par les actions mécaniques exercées sur lui par d’autres objets.

    Une action mécanique exercée sur un objet peut le mettre en mouvement, modifier sa trajectoire, modifier sa vitesse ou le déformer.

    Les actions mécaniques sont soient des actions de contact soit des actions à distance (action mécanique d’origine magnétique).

    Une action mécanique est modélisée par une force.

    La force est caractérisée par un point d’application, une direction, un sens et une valeur (intensité). Elle peut être représentée par un vecteur dont l’origine est le point d’application de la force, la direction et le sens sont ceux de la force et dont la longueur est proportionnelle à la valeur de la force.

     

        Equilibre

    Un objet en équilibre est soumis à deux forces qui sont colinéaires, des sens opposés et la même valeur.

    L’équilibre peut être défini comme l’état de repos d’un système subissant des forces dont les actions s’annulent.

    Il existe plusieurs types d’équilibre

    ■ Equilibre stable

    Un système est dans un état d’équilibre stable si après avoir été soumis à une petite perturbation extérieure il est ramené à cet état.

    ■ Equilibre instable

    Un système est dans un état d’équilibre instable si les forces qu’il subit l’éloignent de cet état à la moindre perturbation.

    ■ Equilibre indifférent

    Un système est dans un état d’équilibre indifférent quand perturbé, il se stabilise dans sa nouvelle position.

    ■ Equilibre statique

    Un solide est en équilibre statique si la résultante des forces auxquelles il est soumis est nulle et si d’autre part la somme des moments des forces est également nulle.

     

    Le moment d’une force caractérise l’effet d’une force sur une rotation.

    Le moment est positif si la force tend à créer une rotation de sens positif (sens inverse des aiguilles d’une montre). Le moment est négatif si la force tend à créer une rotation de sens négatif (sens des aiguilles d’une montre)

    2 forces qui s’exercent sur un solide forment un couple si et seulement si elles sont parallèles, de sens contraires et d’égale intensité. 

     

    IV/ Poids, masse, équilibre d’un objet 

    Poids = attraction que la Terre exerce sur un objet.

    Caractéristiques du poids : une direction (la verticale du lieu), un sens (de haut en bas), un centre de gravité et une valeur. 

    On mesure le poids d’un objet suspendu avec un dynamomètre.

     

        Poids et masse

    A ne pas confondre

     Masse = quantité de matière liée au nombre d’atomes qui constituent un objet. Elle est exprimée en kilogramme.

    Le poids d’un objet est proportionnel à sa masse.

     Variations :

    La masse est une valeur qui ne varie pas avec le lieu. Par contre, l’intensité de la pesanteur et le poids sont des grandeurs qui varient avec le lieu et l’altitude.

     

    V/ Le principe d’inertie

     Si aucune force extérieure n’est appliquée à un corps, ce dernier se trouve soit au repos, soit animé d’un mouvement rectiligne uniforme (à vitesse constante). Dans un référentiel terrestre, tout corps persévère dans son état de repos ou de mouvement rectiligne uniforme si les forces qui s’exercent sur lui se compensent.

     

        Effet des forces sur les mouvements

    -            Une force peut modifier la valeur de la vitesse d’un objet. Si la force a même direction et même sens que le mouvement du corps, la valeur de sa vitesse augmente. Si la force a la même direction et sens inverse la valeur de la vitesse diminue.

    -            Une force appliquée à un corps peut modifier la direction de son mouvement.

    -            Les effets d’une force déterminée sur le mouvement d’un corps sont d’autant plus importants que la masse du corps est petite.

    -            Si un corps est soumis à plusieurs forces, les effets de chacune d’entre elles s’ajoutent.

     

    Télécharger « principe d'inertie »

     

    VI/ Poussée d’Archimède 

    Tout corps plongé dans un fluide (liquide ou gaz) subit une force verticale ascendante (de haut en bas) et dont la valeur est égale à la valeur du poids du volume de fluide déplacé par le corps.

    Télécharger « rubrique,la-poussee-d-archimede »

     

     

    Les mécanismes et les transmissions de mouvements

     

    I/ Définitions

    ■ Mécanisme

    Ensemble de pièces organisées pour obtenir un mouvement.

    ■ Automatisme

    Dispositif qui exécute une action ou une série d’actions et qui met en jeu un mécanisme.

     

        Transmission de mouvements 

    Un solide complètement libre dans l’espace peut effectuer des déplacements complexes.

    En mécanique, les mouvements sont dits relatifs : il faut choisir un repère, donc tout mouvement est relatif. Tout mouvement complexe peut être décomposé en une série de mouvements simples. Il y a deux sortes de mouvements simples : les translations et les rotations.

    Les différentes combinaisons possibles de mouvements simples s’appellent des liaisons.

    Un mouvement peut être continu = toujours dans le même sens

    Un mouvement peut être alternatif = qui change périodiquement de sens.

     

    II/ Les mécanismes simples

    Si dans une chaîne de transmission de mouvement, le mouvement de sortie est de la même nature que le mouvement d’entrée, il y a transmission de mouvement et on parle de mouvement de rotation.

    Exemples de systèmes créant un mouvement de rotation :

    -          roues de friction (plateau d’un tourne-disques)

     

    roue friction

     

     

    -          système poulies courroie (machine à coudre, machine à laver, ventilateur, tapis roulant…)

     

    poulie courroie

     

     

    -          système pignons chaînes (bicyclette)

     

    poulie courroie

     

     

    -          engrenages (essoreuse à salade, montre)

     

    engrenage

     

     

    -          roue dentée et vis sans fin (barrière de passage à niveau)

     

    schéma normalisé engrenages

     

     

    Si dans une chaîne de transmission de mouvement, le mouvement de sortie est de nature différente que le mouvement d’entrée, il y a transmission et transformation de mouvement et on parle de mouvement de translation continu (ou alternatif)

    Exemples de systèmes créant un mouvement de translation :

    -          Treuil (grue, moulinet de canne à pêche) = transforme une rotation en translation

    -          Came et tige guidée (machine à coudre) = transforme une rotation en translation alternative (va et vient)

     

    came

     

     

    -          Système bielle manivelle (moteur à explosion) = transforme une rotation en translation alternative

     

    bielle manivelle

     

     

    -          Système vis sans fin crémaillère (clé à molette, étau) = transforme une rotation en translation

    -          Système vis écrou (serre-joint, pressoir…) = transforme une rotation en translation

     

    vis écrou

     

     

     

    III/ Liaison 

    Liaison = manière dont 2 pièces mécaniques sont assemblées.

    Une liaison a plusieurs caractéristiques :

    ■ Complète si les 2 pièces ne peuvent pas avoir de mouvement l’un par rapport à l’autre ou partielle si l’une des 2 pièces peut avoir un mouvement par rapport à l’autre. 

    Démontable si les 2 pièces peuvent être séparées sans être dégradées ou permanente si les 2 pièces ne peuvent pas être séparées. 

    ■ Elastique si il y a un ressort ou rigide si il n’y a pas de ressort.

     

    IV/ Chaîne cinématique 

    Chaîne de transmission de mouvements. Enchaînement chronologique de tous les mouvements contribuant à la transmission ou à la transformation du mouvement, de l’entrée à la sortie du dispositif. 

    L’élément en début de chaîne est l’élément moteur ou menant, ou encore l’entrée du système.

    L’élément qui reçoit le mouvement est l’élément récepteur ou mené ou encore la sortie du système.

     

    V/ Les caractéristiques des mécanismes 

    ■ Système poulies – courroie

    Assure la transmission d’un mouvement de rotation à distance. Se compose au minimum de 2 poulies et d’une courroie.

    La poulie est une roue portée par un axe.

    La réa est une roue dont le pourtour est creusé en forme de gorge.

    La courroie est l’organe de transmission du mouvement.

    1 poulie est menante, directement reliée à la source d’énergie et entraîne grâce à la courroie la poulie menée. 

    2 poulies + une courroie directe = même sens de rotation

    2 poulies + une courroie croisée = sens inverses de rotation

    2 poulies de même diamètre effectuent le même nombre de tours en un temps donné. Si les diamètres sont différents la vitesse de rotation est multipliée ou démultipliée.

    Système d’engrenages

    Une roue dentée effectuant un mouvement de rotation entraîne le mouvement de rotation d’une autre roue dentée. Les roues sont dentées pour éviter leur glissement.

    2 roues = engrenage simple

    1 roue menante, directement reliée à la source d’énergie entraîne par contact une roue menée. 

    Train d’engrenage = plusieurs roues dentées placées sur un même axe.

    Pignon = la plus petite des roues dentées d’un engrenage. 

    2 roues dentées (dents à l’extérieur) qui s’engrènent ont des sens de rotation inversés.

    2 roues dentées (dents à l’intérieur) qui s’engrènent ont mêmes sens de rotation.

    Si le nombre de dents est identique (que les roues dentées ont le même diamètre) les vitesses de rotation sont identiques.

    Si la roue de sortie va plus vite que la roue d’entrée, le système est multiplicateur.

    Si la roue de sortie va moins vite que la roue d’entrée, le système est démultiplicateur

    ■ Système came – tige

    Une came est une pièce mécanique non circulaire à laquelle est imprimé un mouvement de rotation et destinée à transmettre le mouvement d’une tige. 

    ■ Système bielle – manivelle

    Dispositif qui assure une transformation de mouvement. La bielle est une tige rigide articulée à ses 2 extrémités, destinée à transmettre du mouvement entre 2 pièces mobiles. La manivelle est un organe de machine auquel est imprimé un mouvement de rotation.

    C’est un dispositif réversible.

     

    Liens: Télécharger « schéma mécanique.pdf » 


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique