• La romanisation de la Gaule

    I. La conquête de la Gaule par les Romains

    • II° siècle avant JC (-125 à -117): installation des Romains dans le sud de la Gaule, création de la Narbonnaise (province)
    • I° siècle avant JC (-58 à -52): César conquiert la majeur partie de la Gaule lors d'une guerre ("la guerre des Gaules") qui se termine par la reddition de Vercingétorix devant Alésia en 52 avant JC.
    • En -7, -6 avant JC, sous le règne de l'empereur Auguste, les peuples ligures des régions alpestres se soumettent. La victorie est symbolisée par la construction du trophée d'Auguste à la Turbie dans les Alpes Maritimes.

    trophée d'auguste

     

    II. La romanisation de la Gaule

    Après la conquête de la Gaule par César (58 à 52 avant JC), les habitants ont choisi de vivre à la romaine et de parler latin. La romanisation de la Gaule (= intégration des provinciaux au mode de vie de Rome) s'est faite par l'octroi de la citoyenneté romaine, par la création de villes à l'image de Rome et la diffusion du culte impérial après le règne d'Auguste (-27 à 14 après JC). Cela entraîne l'adhésion spontanée et volontaire des élites puis d'une grande partie de la population à la civilisation romaine et la mise en place d'une civilisation originale appelée gallo-romaine.

     

        1) La romanisation par la citoyenneté

    • Rome, citoyenneté romaine = institution juridique supérieure qui comprend:

    - Droits publics: voter, être élu à Rome, participer à des sacerdoces, appeler l'empereur dans les procés criminels

    - Droits privés: posséder, vendre, faire un testament, contracter le mariage légitime

    • La citoyenneté romaine est d'abord réservée à quelques privilégiés mais son accés est ouvert. On peut devenir citoyen en servant l'armée (25 ans), par filiation, par affranchissement si le maître est citoyen romain ou selon décision de l'empereur. L'accession à la citoyenneté est un honneur et permet de gravir les échelons. Pour Rome, c'est un moyen de s'assurer la fidélités des cités acquises et le principal vecteur de la romanisation.
    • La citoyenneté romaine est octroyée aux habitants de l'empire en différentes étapes:

    - 89 avant JC sous la république aux peuples de l'Italie

    - 48 aux premiers magistrats gaulois par l'empereur Claude

    - 130 aux magistrats des villes de l'empire par l'empereur Hadrien

    - 212 aux hommes libres de l'empire par Caracalla, empereur né à Lyon comme Claude.

    La mesure prise par Claude permet aux magistrats gaulois de devenir sénateurs, ouvre la voie à une romanisation totale.

    L'édit de Caracalla achève le processus qui a contribué à intégrer dans l'état romain des cultures et des peuples différents.

     

        2) La romanisation par l'urbanisation

    • A partir de César et d'Auguste, la Gaule est divisée en provinces administrées par des gouverneurs romains. La Narbonnaise est la 1° colonie romaine et devient une province sénatoriale (= soumise à l'autorité du Sénat romain) qui est dirigée par un proconsul.

    La gaule chevelue est divisée en 3 provinces impériales, les 3 Gaules Lyonnaise, Aquitaine, Belgique au I° siècle et dépendent d'un gouverneur établi à Lyon.

     

    trophée d'auguste

     

    • Rome favorise la création et le développement des villes. Rome a commencé en Gaule du Sud avec la fondation de villes. Vers 50, la Gaule comprend un tissu urbain dense (villes avec des statuts juridiques différents). Elles sont créées par les Romains dans un but stratégique et économique sur l'emplacement de cités gauloises existantes ou sur le réseau d'axes de communication réorganisé par Auguste. Elles possèdent un plan quadrangulaire, des monuments.

    Cité = ville + territoire qui l'entoure, administrée par les magistrats et le conseil municipal.

    En installant un nouveau mode de cie (confort, convivialité, prospérité), la ville joue un rôle de premier plan dans la romanisation de la Gaule. Construction de monuments, organisation de fêtes grâce aux citoyens les plus riches (= évergètes qui reçoivent les titres et les privilèges honorifiques > ce qui fait d'eux des notables avec une place de choix dans la cité) qui font des dons et permettent aux citadins de vivre dan sun cadre agréable, de profiter de la distribution de nourriture et d'argent.

    Forum : place publique. Il occupe un grand espace à l’intersection des grands axes de la ville. Le forum abrite les activités commerciales. C’est là qu’ont lieu les actes majeurs de la vie publique, civile et religieuse. Le forum typique est un rectangle bordé de portiques. On y trouve trois bâtiments principaux : un temple, qui domine la place, le Sénat ou la salle de réunion du conseil municipal, et la basilique.

    Basilique : édifice couvert rectangulaire construit sur le forum. La basilique, initialement prévue comme espace public à l'abri des intempéries, se spécialisa dans les activités judiciaires et bancaires. Elle occupait également la fonction de marché. Une basilique romaine était habituellement composée d'un hall rectangulaire, de taille considérable, entouré par une ou deux ailes, parfois avec des galeries, et possédant des ouvertures dans la partie supérieure des murs latéraux.

    Thermes : A domicile, la toilette consistait à se laver chaque jour les jambes, les bras et le visage. Les Romains ne se lavaient complètement qu'une fois par semaine. Sous l'influence de la civilisation grecque, on construit à Rome les premiers bains publics, assez rudimentaires. Ils proposent de l'eau chaude et froide dans des baignoires communes avec massages et applications d'onguents. En 25 av J.-C. apparaissent les premiers thermes. On y trouve, en plus des bains chauds et froids, des piscines et des jardins pour se promener après la toilette. Plus tard, les thermes deviennent des établissements incontournables dans la vie des Romains. Ils y vont tous les jours, après le travail. L'entrée aux thermes est gratuite pour les enfants et très peu chère pour les adultes, ainsi tout le monde peut y aller. Il y a des pièces réservées ou des horaires particuliers pour les femmes. Les thermes ne servaient pas qu’à se laver. On aimait aussi y aller pour passer un moment agréable de détente et de loisir avec ses amis.

    Théâtre : Les premiers théâtres sont des constructions provisoires en bois. En 55 av J.-C., Pompée fait construire le premier théâtre en pierres. Il peut accueillir plus de 20’000 personnes. Les autres théâtres sont plus petits. Le théâtre pouvait être couvert d'une toile destinée à protéger les spectateurs du soleil. Il existe aussi des théâtres couverts. L'accès au théâtre est permis à tous, femmes, enfants, et esclaves. Le spectacle est gratuit. Le financement du théâtre est assuré par l’état, mais comme cela ne suffit pas, le magistrat organisateur complète le budget de sa poche, ce qui lui permet de gagner des voix aux élections. Les accessoires sont assez perfectionnés : costumes somptueux, rideau de scène, machinerie qui permet de faire descendre du ciel dieux et héros.

    Amphithéâtre : Les combats de gladiateurs ont été inventés par les Etrusques. Il s'agissait à l'origine de remplacer par des combats les sacrifices de prisonniers de guerre. Au début, les combats de gladiateurs se déroulaient au Forum. Il n'y avait pas de places assises. Les premiers amphithéâtres furent construits en bois. Ils étaient démontables. Plus tard, les Romains construisent des amphithéâtres en pierre, dont le plus célèbre, le Colisée, mesure 188 m sur 150 m, avec une hauteur de 52. Il peut accueillir de 50’000 à 60’000 spectateurs. Dans l'amphithéâtre, des statues et autres décorations séparent les rangées de gradins. Des toiles tenues par des mats protègent le public du soleil. L'arène dans laquelle se déroulent les spectacles est un espace transformable selon le type de spectacle. Les spectateurs s’installent dans les gradins en fonction de la classe sociale à laquelle ils appartiennent. Les hommes et les femmes étaient au début assis ensemble, mais depuis l'empereur Auguste, ils sont séparés. Les spectateurs importants disposent de places réservées, plus confortables. L'empereur et son entourage ont une loge particulière.

    Cirque : Le plus ancien et le plus grand des cirques est le Circus Maximus. Il mesurait, 600 m de long et 200 m de large. Il pouvait accueillir 250’000 à 300’000 spectateurs. Le cirque est en fait un stade, construit pour les courses de char. Mais on peut aussi y voir d'autres spectacles, comme des combats de lutteurs ou des exercices de voltige à cheval, qui ont un caractère guerrier. Le spectacle dure toute la journée. Avant le spectacle, une procession traverse la ville. Le spectacle principal du cirque est la course de chars. Les attelages doivent faire 7 tours de piste. Tout l'art des cochers consistait à éviter les accidents (collision avec un concurrent, accrochage d'une borne serrée de trop près) et à ne pas perdre de terrain dans les virages pris trop larges. Les chevaux et les cochers gagnants sont des héros : ils gagnent des fortunes et acquièrent une renommée immense. Mais les courses sont dangereuses et ils peuvent être tués à tout moment. Les courses sont très populaires. Elles sont l'objet de paris (interdits) où les Romains pouvaient perdre des fortunes. En occupant les habitants de la cité, les jeux du cirque les éloignaient d'activités séditieuses, pour la plus grande tranquillité de l'empereur.

    Odéon : du grec Ωδείον (littéralement « construction destinée à des concours musicaux », mot dérivé du grec « chanter » qui a aussi donné ode et aède), est le nom de divers édifices de la Grèce antique affectés aux exercices de chants, aux représentations musicales, aux concours de poésie et de musique. Ces édifices étaient généralement de taille modeste.

    Arc de triomphe : ouvrage d'art célébrant une victoire ou une série de victoires. Il se compose d'un ou de plusieurs (en général trois) passages dans un massif de maçonnerie, surmontés d'un entablement et d'un attique. Ces ouvrages ont été inaugurés dans la Rome antique. Chacun était dédié à un général victorieux ou à un empereur, et généralement placé à l'entrée de la ville, sauf les arcs de Rome, placés au cœur de la ville.

    Aqueduc : conduit artificiel construit pour transporter l'eau. Un aqueduc peut être un canal ouvert ou fermé, un tunnel ou un pipeline. Un pont d'aqueduc est une structure qui porte un canal au-dessus d'une vallée ou d'une rivière. Les aqueducs furent construits par les civilisations anciennes, dans des contrées comme l'Inde, la Mésopotamie. Le réseau d'aqueducs construit par les anciens Romains était probablement le plus important du monde antique. Le premier aqueduc construit par les Romains, l'Aqua Appia, était souterrain et avait une longueur de 16 km. Il fut construit sous la direction d'Appius Claudius Caecus, qui donna son nom à la voie Appienne, vers 310 av. J.-C. À Rome, l'Aqua Marcia fut construit par le préteur Marcius, en 144 av. J.-C. Ce fut le premier aqueduc utilisé pour transporter l'eau dans le sol. Cet aqueduc comporte environ 16 km de pont. La Rome antique était alimentée par plus de dix aqueducs, fournissant à la cité quelque 143 845 m3 d'eau par jour. Des tronçons de certains de ces aqueducs sont encore utilisés : ils alimentent les fontaines de Rome en eau. Les Romains de l'Antiquité construisirent également des aqueducs dans tout leur empire. La plupart d'entre eux sont encore en bon état.

    • Lyon, bon exemple de la romanisation de la Gaule. Elle est adminsitrée par le Sénat et les magistrats locaux, présente toutes les caractéistiques d'une grande ville romaine. Au II° siècle, elle compte 40000 habitants et possède de nombreux monuments notamment des temples où se réunissent les délégués des 60 cités.

    cité romaine

     

        3) La romanisation par la mise en place d'un réseau de communication

    Pour faciliter les déplacements et la communication entre les villes, les Romains construisirent un vaste réseau routier. Les routes rectilignes évitaient les obstacles naturels grâce à des ponts et des tunnels.

    Ces voies permettaient aux légions de se déplacer rapidement pour protéger les frontières. Elles étaient également empruntées par les courriers, les voyageurs et les marchands. Le commerce utilisait aussi le transport fluvial largement développé à cette époque.

    Ce réseau routier a servi de base à certaines de nos routes actuelles.

    réseau routier gallo-romain

     

        4) La romanisation par le culte impérial

    La romanisation religieuse de la Gaule > double processus:

    - Les dieux indigènes sont absorbés par les dieux gréco-romains

    - Les Romains apportent aux Gaulois le culte impérial.  Ce culte est organisé en l'honneur des empereurs vivants ou morts et se diffuse localement grâce aux anciennes divinités mises au service de l'empereur.

    Le culte des empereurs est une des particularités de l'empire romain; c'était le seul culte qui fut pratiqué dans toute l'étendue de cet Empire où coexistaient les religions les plus diverses. Toutes les villes et les provinces rivalisaient de zèle en faveur de ce culte, plus encore que de leurs cultes locaux ou nationaux. Les dieux protecteurs de chaque peuple ou de chaque cité avaient perdu de leur crédit par la suppression de l'indépendance; la puissance romaine qui avait tout plié sous son ascendant avait inspiré aux vaincus un respect presque religieux; incorporée dans la personne de l'empereur, elle fut aisément adorée.

    Le culte des empereurs a été la religion officielle de l'Empire, car, si Rome resta fidèle à ses dieux nationaux, elle ne connut pas le prosélytisme religieux et laissa chaque pays adorer les siens; au contraire, elle les traitait avec bienveillance. La nécessité d'un culte commun à toutes les parties, si diverses de l'Empire, n'en existait pas moins, la vie religieuse étant étroitement associée à la vie publique. Il fallait avoir une religion administrative; ce fut le culte des empereurs.

    Les Romains apportent aussi aux Gaulois le temple (monument religieux) qui permet d'enfermer l'exercice de la religion dans un édifice sacré + calendrier.

     

        5) La civilisation gallo-romaine

    Au II° siècle, la Gaule connaît la PAX ROMANA: les Gaulois vivent à la romaine, voies romaines, diffusion du culte impérial, utilisation du latin... donnent naissance à la civilisation gallo-romaine (fusion des éléments gaulois et romains).

    Spécificité de la romanisation de la Gaule par rapport aux autres pays: les Romains empruntent aux Gaulois leurs inventions dans l'artisanat et l'agriculture; les Gaulois adoptent leur mode de vie, langue, administration des villes. L'art gallor-romain (poterie, bijoux) révèle la richesse de cette civilisation.

     

        6) Les limites de la romanisation

    La diffusion de la civilisation romaine a plus touché les villes que les campagnes, plus le sud et l'est. Elle a aussi concerné certains secteurs comme l'armée (utilise le latin), l'administration, l'équipement public et les spectacles.

    Les populations des campagnes ont conservé plus longtemps leurs coutumes celtiques (domaine religieux) > attachement gardé aux divinités gauloises des forêts et des eaux.

     

    Liens: Télécharger « la conquête de la Gaule.pdf »

               Télécharger « les nouveaux pouvoirs.pdf »

               Télécharger « la civilisation gallo-romaine.pdf »


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Benji-klack
    Mercredi 25 Mai 2011 à 15:17

    désolé mais on ne voit pas, trop petit !

      • lol
        Jeudi 1er Octobre 2015 à 18:29

        T    AVEUGLE intelloglasses

    2
    Benji-klack
    Mercredi 25 Mai 2011 à 15:19

    mais j'ai agrandit et on voit mieux 

    intéressant ! 

      • lol
        Jeudi 1er Octobre 2015 à 18:31

        glassesintello

    3
    falkaotag
    Lundi 10 Décembre 2012 à 19:24

    j aimerais savoir comment ces batiments contribuent ils a la romanisation des provinces ? sinon tres bon sites

     

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter