• La ponctuation

    Télécharger « PONCTUATION.pdf »

    Télécharger « la ponctuation.doc »

    I Origine de la ponctuation

        A. La ponctuation moderne a été inventée par les imprimeurs.

    - Avant l'invention de l'imprimerie, la ponctuation était extrêmement sommaire pour ne pas dire fabtaisiste ou inexistante.
    - La ponctuation s'est développée en France au XVI° S avec l'usage de l'imprimerie.

     

        B. Existe-t-il une norme en matière de ponctuation?

    Faut-il distinguer:

    - Ponctuation nécessaire et obligatoire,comme un point à la fin de la phrase, un point d’interrogation après une interrogation directe, un point d’exclamation après une exclamation
    - Ponctuation facultative, libre relevant du choix de l'écriture, qui marque un effet de style.

     

    II Signes de ponctuation et signes d'énonciation

    L'usage courant confond ces 2 systèmes.

    - Système de ponctuation: sert dans le cadre de la phrase et du texte à permettre le fonctionnement des unités linguistiques indépendamment du locuteur qui est censé les proférer.

    - Signes d'énonciation utilisés pour signaler les discours directs. ils ont pour fonction d'identifier le locuteur, distinguer le narrateur et les personnages.

     

    Télécharger « ponctuation.pdf »

    Télécharger « ponct.php »

     

    III Les fonctions de la ponctuation

        A. La ponctuation privilégie de plus en plus la langue écrite

    Système passé d'une fonction phonétique (signaler les pauses et les intonations) à une fonction logico-syntaxique.

     

        B. Fonction démarcative: délimiter les unités syntaxiques

    • fonction de nature syntaxique:
      - démarcation: permet d'identifier les unités syntaxiques à l'écrit comme à l'oral
      - pause: à l'oral > arrêt de l'émission sonore. On observe une approximation pour l'ensemble du système entre le fonctionnement oral et la correspondance du fonctionnement écrit: 
                     > unités distinctives: aux phonèmes ne correspondent qu'imparfaitement les lettres.
                     > unités significatives: aux monèmes ne correspondent qu'imparfaitement les mots.
                     > unités syntaxiques: aux unités syntaxiques ne correspondent qu'imparfaitement les groupes de mots délimités par la ponctuation (sauf pour la phrase). 
    • La démarcation permet de segmenter des unités relevant de la syntaxe, de longueur variable. Délimitation des phrases : majuscule en début de phrase, point à la fin. Démarcation interne : à l’intérieur des phrases, la ponctuation permet de délimiter des groupes syntaxiques

     

        C. Fonction syntaxique

    Identification des types de phrases

    Types obligatoires : point d’exclamation pour la phrase exclamative et point d’interrogation pour la phrase interrogative. 2 cas : soit le ? ou le ! termine une phrase dont la structure syntaxique est celle d’une interrogative ou d’une exclamative. Soit le ? ou le ! constitue la seule marque permettant d’identifier le type de phrase.

    La phrase déclarative et la phrase impérative sont terminées par un point. Les types facultatifs (négatif, passif, emphatique) ne sont signalés par aucune marque particulière.

    Identification des fonctions dans la phrase

    ·         Complément de verbe et complément de phrase : l’adverbe se rattache directement au verbe dont il est le complément, avec une marque de ponctuation entre l’adverbe et le verbe = complément de phrase.

    ·         Epithète et apposition : Les élèves malades sont restés au lit : l’adjectif épithète permet de déterminer de quels élèves il s’agit (seuls les élèves malades sont restés au lit) // Les élèves, malades, sont restés au lit : apposition qui apporte un renseignement supplémentaire sur les élèves (tous les élèves sont restés au lit parce qu’ils étaient malades)

     

        D. Fonction logico-sémantique

    Assez proche de la fonction idéographique, certains signes sont directement porteurs de sens comme les deux points peuvent être l’équivalent d’un connecteur logique marquant une relation de cause.

     

        E. Fonction idéographique

    Certains signes ( ?, !, …) peuvent être utilisés seuls dans des contextes particuliers : ils jouent le rôle d’idéogrammes. Ils peuvent être combinés entre eux, indiquent la nature des réactions de l’interlocuteur.

     

        F. Fonction stylistique

    Choix de l'écriture

     

    IV Un signe complexe par excellence, la virgule

        A. La virgule « coordonne » des éléments syntaxiquement équivalents

    Elle lie des éléments de même nature et de même fonction : des GN de même fonction, des groupes prépositionnels de même fonction, des adjectifs de même fonction, des propositions de même nature et de même fonction, des adverbes ou des conjonctions à condition qu’ils soient de même nature et de même fonction.

    Elle lie des éléments de même fonction mais de nature différente : des expansions du nom (épithètes, compléments de nom, relatives). Lorsque les éléments équivalents constituent une séquence d’au moins 3 unités, on lie généralement (mais c’est facultatif) les 2 derniers par la conjonction « et ». Les coordinations par et, ni, ou excluent en général l’emploi de la virgule : si conjonction + virgule à effet de renchérissement. Quand il y a seulement 2 termes dans une énumération, la virgule est peu utilisée (et ou ni). On insère parfois « et » ou « ou » entre 2 virgules à valeur adverbiale.

     

        B. La virgule détache des éléments syntaxiquement différents

    La virgule est l’indice de la fonction « mise en apposition ». Elle permet de distinguer complément déterminatif et apposition. Elle permet de distinguer de distinguer relative déterminative et relative appositive. La virgule permet une interprétation correcte du sens. 

    La virgule isole les mots mis en apostrophe

    La virgule isole toujours le complément de phrase.

    Dans le cadre de la proposition, la virgule peut, parfois mais assez rarement, détacher certains compléments circonstanciels.

    Dans le cadre de la phrase, on observe le même fonctionnement que dans celui de la proposition : les circonstancielles compléments de phrase sont détachées par une virgule ; les circonstancielles compléments du verbe de la principale sont rarement séparables par une virgule.

     La virgule détache les propositions incises, les propositions participiales. La virgule  signale l’ellipse d’un verbe ou d’un autre mot énoncé dans une proposition précédente.

     

        C. Les emplois interdits de la virgule

    - Pas de virgule entre le sujet et le verbe
    Pas de virgule entre le verbe et les compléments d’objet
    - Pas de virgule entre le verbe et l’attribut du sujet



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter